« Madame X », l’album le plus ambitieux de Madonna depuis des lustres

A l’écoute, Madame X, le nouvel album studio de Madonna se révèle aussi déroutant que le choix de singles pour le promouvoir. Mais dans le bon sens, cette fois. Car le quatorzième disque de l’artiste contient plusieurs morceaux bien plus captivants que certains de ceux qu’on avait déjà pu entendre jusqu’ici. On passe sans cesse d’un genre à l’autre, parfois au sein d’un même titre: reggaeton, ballade latino, pop, disco, etc. Madame X témoigne de l’intérêt renouvelé de Madonna pour les cultures latino depuis son installation à Lisbonne: elle y chante souvent en espagnol et en portugais, et le beau Killers who are partying s’ouvre par exemple sur le sample d’une guitare de fado.

On attendait notamment d’entendre les morceaux produits par Mirwais, à qui l’on doit les meilleures chansons de la Madonne au XXIème siècle, sur les albums Music et American Life. Sans surprise, il s’agit des plus intéressants — à l’exception de l’excellente reprise Faz Gostoso, avec la superstar brésilienne Anitta en featuring. Des plus politiques aussi. Elle y évoqué notamment les haines contre les différentes minorités dans le monde, le contrôle des armes aux Etats-Unis et appelle à une « nouvelle démocratie » (sur God Control).

Même s’il ne possède pas la force d’un Music ou d’un Confessions on a dance floor, Madame X se révèle bien plus ambitieux et passionnant  — quoique fouillis, par moments — que les deux précédents opus, MDNA et Rebel Heart, où elle donnait l’impression d’avoir dit tout ce qu’elle avait à dire. Il n’y aura sans doute pas de tube mondial à la Hung Up ou Frozen sur ce quatorzième opus, mais au moins Madonna nous montre qu’elle a encore envie d’être créative.

On aurait juste aimé que la chanteuse lève le pied sur l’auto-tune, qui lui déforme la voix sur la plupart des chansons. Bitch, tu es Madonna, pas besoin de te cacher derrière ce genre d’artifice.

Les meilleurs titres: Dark Ballet, Killers who are partying, Extreme Occident, Faz Gostoso, I rise, Bitch I’m loca, God Control.

Comments are closed.